Le Poids des héros de David Sala, roman graphique autobiographique

Tout d’abord, ce sont les fleurs très colorées de la première de couverture qui attirent le regard du flâneur en librairie!

Un petit garçon au regard triste au centre, le portrait d’un homme juste au-dessus de lui, comme une épée de Damoclès… 

Oh! Vous avez en mains le roman graphique Le Poids des héros de David Sala.

le poids des héros

Vous l’ouvrez?

Un épigraphe donne le La:

« Lorsque vous écrivez un livre sur l’horreur de la guerre, vous  ne dénoncez pas l’horreur, vous vous en débarrassez. »

Romain Gary.

Le Poids des héros, roman graphique un chouïa autobiographique

« Mon grand-père n’est pas mort avant Franco. C’était un homme brisé mais habité par une détermination implacable à tordre sa ligne de vie pour ne pas être enterré avant son bourreau. C’est six mois après l’annonce du décès du « Caudillo », qu’Antoine Soto, s’éteint paisiblement dans son sommeil. 

Parti mais plus présent que jamais à nos côtés. Près du piano il y avait cette peinture, son portrait avec ce regard perdu, un tableau d’une tristesse terrible. (Ce portrait avait été peint dans le camp de Mauthausen par un anti fasciste allemand. Caché, enterré pendant des années, puis récupéré à la libération du camp en 1945)

Dans le Poids des héros, David Sala convoque ses souvenirs d’enfance pour retrouver les figures tutélaires de ses grands-pères, héros de guerre et de la résistance. »

planche 1 le poids des héros

Le Poids des héros, un balayage de l’Histoire durant le XXe siècle

Le roman graphique de David Sala nous rend compte de trois histoires de vie:

  • Celle du grand-père maternel, Antonio Soto, refusant l’idéologie franquiste, fuyant le fascisme, en pleine seconde guerre mondiale,
  • A la moitié du livre, l’on découvre celle de Josep Sala, le grand-père paternel, qui fut récupéré par un groupe de résistants du maquis, fuyant lui aussi l’ennemi.
  • Enfin, la sienne, le petit-fils, dont l’enfance s’est jouée en toute simplicité, dans les années 70-80, adulte aujourd’hui.

Ce sont trois histoires qui se mêlent et s’entremêlent. Ce sont des histoires personnelles qui font l’Histoire avec un grand H.

Par un jeu de flashbacks, David Sala plonge son lecteur dans un bain d’anecdotes terribles des jeunesses volées des grands-pères.

Et, en une case de BD, il peut le faire sourire à l’évocation de scènes de vie tirées de ces années flowerpower!

Pour ma part, j’ai eu le coeur pincé à l’évocation des fuites des rebelles d’Espagne vers la France, de la déportation, des camps d’extermination.

Mais, je me suis aussi amusée à retrouver des enfants jouant dans le quartier, faisant du vélo avec leurs copains, allant chercher des bonbons avec 2 ou 3 francs. Je l’ai vu ce Goldorak, laissé sur le tapis du salon. Et qui n’a pas enregistré sur ses K7, le dernier tube à la mode, en retenant son souffle?

le poids des héros

Parce que la vie du petit-fils résonne en nous (enfin peut-être pas aux plus jeunes!!), celles des grands-pères n’en sont que plus proches.

Le Poids des héros, un livre graphique exceptionnel

Avant même de rentrer dans la narration, ce sont les couleurs vives, chatoyantes des cases, ainsi que les formes, dansantes, qui sautent aux yeux.

Sur chaque double page, une tache plus ou moins grosse de mauve capte le regard du lecteur, fil directeur de l’album…Le trouverez vous à tous les coups?

Parce que l’Histoire est suffisamment lourde à porter, parce que l’Enfance c’est l’insouciance, la joie, David Sala prend le parti de proposer une toile de fond de BD qui ne sera pas sombre.

Des fleurs, beaucoup de fleurs, du tablier de la grand-mère à la tapisserie du salon années 70, en passant par les rêveries introspectives du personnage David…

Nous nous accorderons à dire que l’auteur rend hommage tour à tour, à l’Art Nouveau de Klimt ou de Matisse, au fauvisme de Van Gogh, à l’expressionnisme de Münch..

Y aurait-il du Pop Art d’Andy Wharol avec les portraits d’Antonio?

Aurais-je décelé un clin d’oeil au Petit Prince de Saint-Exupéry?

L’on joue à chercher des références artistiques!

Et lui, l’auteur, dans son atelier, jongle avec les gouaches, les pastels, l’aquarelle.

le poids des héros david sala

Les bandes dessinées de Sala sont d’une qualité graphique incroyable.

Se construire avec le poids de ses aïeux? 

Que faire avec ce poids de l’Histoire sur l’estomac? Comment se construire?

Peut-on s’autoriser à 20 ans, à être perdu devant son futur, lorsqu’on ne connait pas les abominations de l’absolutisme?

Le narrateur sent une colère en lui, une rage sourde qu’il canalise alors en dessinant. Il crée.

La temporalité interne de la narration s’accélère, avec des ellipses temporelles. 

L’on avance dans l’âge et le personnage de David perd de la famille, devient papa.

Quel adulte devient-on lorsque les générations précédentes disparaissent?

Et que transmet-on ensuite à ses propres enfants? Quel lien sera fait?

« Pour les générations d’après, connaitre tout ça, c’est essentiel, pour que toute cette horreur ne se reproduise plus. »

La passerelle, c’est la commémoration. Dire non au totalitarisme, se faire le chantre de la démocratie.

Cet album graphique vous plairait-il?

julie lab

38 Comments

  1. Malheureusement, l’humanité retient rarement les leçons et les horreurs continuent encore et toujours. La modernité n’y change rien…
    La couverture et le style graphique sont très originaux. 🙂

    1. Bonjour Romain!
      Je t’avoue que cette capacité d’amnésie que l’être humain a surdéveloppée me laisse pantoise..
      Je te rejoins complètement: il y a une véritable recherche artistique sur chacune des cases..
      Bonne journée!

    1. Les illustrations s’observent et se décortiquent! Ce que j’aime beaucoup..Trouver des références, des symboles avec les jeux de couleurs (et que je fais tout le temps dans les films lol)
      Très bonne semaine les Matching!

  2. C’est clair que la couverture attire le regard ! L’intérieur est également très graphique et très coloré. Je pense que si je le vois en librairie je m’arrêterai sur cet ouvrage… Merci pour la découverte, gros bisous et bon lundi de Pâques Julie.

    1. C’est un livre qui donne à réfléchir, sur les générations passées et celles à venir.
      Le rose flashy attire la main comme un aimant, je trouve^^
      Gros bisous et bonne semaine!

    2. Coucou Julie
      Un livre sur lequel je pourrais facilement m’arrêter, que ce soit les illustrations, le sujet.
      Un sujet pas des plus facile mais qu’il est important de traiter pour ne pas sombrer dans l’oubli.
      Merci beaucoup pour cette découverte littéraire.
      Je te souhaite une très belle journée
      Gros bisous
      Magalie

    1. Je trouve les illustrations en opposition avec le sujet traité. On dirait un bouquin très fille avec ce rose, léger..mais non!
      J’ai aimé lire les passages où il traite de son enfance, car elle ressemble finalement beaucoup à la mienne: on sortait dans le quartier avec nos vélos et on rentrait en fin de journée..Les parents ne savaient pas ce qu’on avait fait de l’après midi..
      Gros bisous!!

    1. Coucou Val,
      Ne serait-ce pas le moment de se remémorer certaines choses?
      De gros bisous à toi

  3. Coucou Julie,
    Est-ce que un jour l’Homme apprendra des ses erreurs ? Pour l’instant, il en est très très loin…
    Depuis plusieurs semaines, j’ai opté pour un sujet plus léger avec la fantasy 🙂 J’avais découvert sur un blog Pierre Pevel et sa saga Le Paris des merveilles. Je poursuis avec une autre saga (du même auteur) Haut-Royaume.
    Gros bisous

    1. Coucou Natie,
      Mon Ours raffole de ce sujet et m’a mis le bouquin entre les mains..Le prochain devra être plus léger lol (enfin pour le moment, c’est le dernier Ken Folett) Je ne connais pas l’auteur dont tu parles.. Je vais tacher de m’y pencher!
      Gros bisous!

  4. Malheureusement, l’histoire nous démontre encore et toujours la perversité de l’esprit humain…
    Qui n’a pas des origines en dehors de l’hexagone?
    Ce livre sonne et réveille ma mémoire
    A retenir pour lecture
    Merci Julie

  5. Coucou ma jolie Julie ❤️,ce roman graphique haut en couleur et avec une histoire qui nous donne du sens est exactement le type de livre que je consomme ! Une chouette découverte livresque ! Pleins de gros bisous

    1. Coucou!
      C’est une découverte fort sympathique que m’a permis de faire mon Ours!
      Son esthétique marque, je trouve!
      Bisous!!

  6. Coucou,
    La couverture de ce livre est magnifique tout comme l’intérieur aussi ! J’aime beaucoup les bandes dessinées. Merci pour cette magnifique découverte 🙂 L’être humain a tendance à répéter les atrocités de notre histoire passée…..
    Des bisous

    1. Coucou!
      Oui, je trouve aussi. Au delà de cette thématique, ce que j’ai aimé c’est la façon dont l’enfance de l’auteur a été racontée.. Cette simplicité dans la vie de l’enfant, les joies des jeux dans le quartier, les occupations le soir après l’école..
      Très bonne journée!

    1. Coucou!
      Haha! Heureusement que nous n’avons pas tous les mêmes goûts! Ce serait d’un ennui!! ^^
      Bisous!!

  7. coucou Julie, très beau livre qui attire l’oeil ! j’aime bien le format bande dessinée et je pense que c’est idéal pour les enfants ou les adultes qui ne sont pas attirés par la lecture. le sujet est très intéressant. bisous.

    1. Coucou Sandrine,
      D’un côte, je suis d’accord avec toi pour la lecture et par ailleurs, je dirais qu’il y a aussi l’amour du bel objet, l’attrait pour la couleur et le graphisme. J’aime lire et c’est une démarque un peu différente que celle d’ouvrir un roman graphique!
      Bisous!

  8. Coucou, merci pour cette découverte, l’histoire a l’air très intéressante mais je flashe surtout sur le style graphique de ce roman ! Je vais l’ajouter à ma wishlist pour mon anniversaire, comme ça je me la ferai offrir ! Bisous

  9. Coucou Julie ! 🙂
    Merci beaucoup pour cette revue très intéressante : je suis lectrice de tous supports et toutes sortes de thèmes m’intéressent.
    Ici, nous sommes clairement sur un format qui aide bien à faire passer le « message » aux plus jeunes…tout comme à ceux qui lisent peu.
    Hélas, l’histoire est un éternel recommencement….
    Misons sur l’intelligence de nos enfants et petits-enfants.
    Une très belle découverte en tout cas : merci !
    Gros bisou et bonne semaine ma Julie <3
    Nathalie

    1. Coucou Nath!
      C’est vrai qu’entre le format et les couleurs, il y a un côté attractif..
      Gros bisous Nath!

    1. Merci à toi pour ton retour! J’aime bien alterner romans et romans graphiques!
      Bonne soirée!

  10. Hello ma Julie,
    Je ne connaissais pas du tout… et pourtant tu sais que je suis fan de BD et mangas.
    J’adore la pâte de l’artiste, quelles illustrations ! Et les clins d’œil aux différentes périodes, arts et artistes doivent apporter beaucoup de profondeur à la lecture…
    Vraiment très très sympa ! Bien entendu, je file l’acheter !
    Gros bisous et belle après-midi,
    Christèle

  11. Les illustrations sont magnifiques ! Et, le propos tout aussi important.
    Dans l’esprit, ça me rappelle un peu beaucoup Persépolis !

Laisser un commentaire